Pharmacie de la Lèze

16 mai 2018

Journée de l’Obésité : le vendredi 18 mai !

En Occitanie ,selon le plan régional de santé ,concernant la nutrition, l’enjeu de santé publique consiste à prévenir les pathologies liées à une mauvaise alimentation et à la sédentarité.

1_projet-régional-de-sant-occitanie-cadre-dorientation-stratgique

L’obésité est un véritable problème de société et un marqueur d’inégalité sociale de santé.

La région Occitanie en témoigne avec des disparités entre les deux anciennes régions
- En ex Midi-Pyrénées, le taux d’obésité a diminué passant de 13.6 % en 2009 et 11,6 % en 2012, ce taux figurant parmi les moins élevés de France.
- En ex-Languedoc-Roussillon, la prévalence de l’obésité est en augmentation, passant de 14.2% en 2009 à 15.6% en 2012, la moyenne étant de 15% en France. (Source: enquête OBEPI 2012, interrogeant les adultes)

Les inégalités sociales de santé sont une réalité reconnue et documentée au niveau national.

Néanmoins, peu de données régionales sont disponibles. Il existe un lien fort entre les caractéristiques sociales des personnes et leurs comportements de santé, leur niveau de recours aux soins.
Le taux de recours à la prévention décroît fortement avec le niveau de défavorisation. Le gradient social de santé qui mesure la corrélation entre l’état de santé des personnes et leur position dans la hiérarchie sociale, est particulièrement marqué pour certaines pathologies (maladies cardiovasculaires, diabète, cancer du poumon). Or, la plupart des politiques de santé publique sont conçues de manière identique pour tous.
L’exemple des politiques de lutte contre le tabagisme illustre ce propos : malgré des nombreuses mesures mises en place récemment (hausse du prix du tabac, mise en place du paquet neutre), le pourcentage de fumeurs quotidiens a continué d’augmenter chez les Français à faibles revenus, passant de 32,5% à 37,5% entre 2010 et 2016, alors qu’il a parallèlement diminué chez les Français à haut niveau de revenus.
Par ailleurs, l’introduction d’innovations, comme les dispositifs de e-santé ou l’accès à des protocoles de recherche par exemple, peut également contribuer à creuser les inégalités, dans la mesure où ces innovations vont être appréhendées, en premier lieu, par les personnes au capital socio-culturel élevé. Enfin, les inégalités de santé peuvent être liées au lieu de vie des personnes (impact environnemental sur la santé, accès aux professionnels de santé, ...).
Ce constat appelle à réinterroger nos pratiques :
—analyser à quels publics les interventions ou services doivent bénéficier en priorité, en fonction de ce qu’indiquent les données de santé
—faire bénéficier ces populations, de ces prestations, au plus près de leur milieu de vie
—mieux impliquer ces personnes, ceux qui les accompagnent, ceux qui leur parlent, grâce à des messages adaptés.
Il s’agit de mettre en œuvre l’universalisme proportionné qui consiste à développer des stratégies d’intervention différenciées pour des actions qui profitent à tous, en les modulant en fonction des besoins spécifiques de chaque catégorie de population.
Comment se passer du pharmacien pour de telles missions ?

Les consultations de diététique à la pharmacie de la Lèze sont ouvertes à tous .

Depuis plusieurs années , notre engagement sur le terrain ne faiblit pas et la réalisation de nos entretiens pharmaceutiques accès sur la diététique sont en augmentation constante . Sur rendez-vous uniquement , notre expertise consiste dans un premier temps à un recueil de données de santé du patient .

Selon les objectifs à atteindre , un programme adapté de suivi personnalisé pourra être proposé . Pour tout renseignement , vous pouvez nous contacter par mail .

 

Retour aux Pharm'actus

Vos liens santé pratique

Impression